14/09/2008

Réflexions de fin de semaine...

L'autre matin, je dépasse deux jeunes collégiens qui se rendent au collège Sismondi. Pantalon baggis et casquette à l'envers. Perdus dans une conversation animée. Je laisse traîner l'oreille pour entendre leur sujet de discussion. « T'as vu ce qui se passe au Darfour ? » « Ouais, c'est dégueu... et on peut rien faire ! » « En tout cas c'est pas drôle pour les gens !... » Tout ceci se déroule avant 8 h le matin. Je ne suis pas sure qu'ils sont nombreux ceux qui font, si tôt le matin, voguer leurs pensées et leur solidarité vers le Soudan ou l'Afghanistan...Réconfortant pour moi d'entendre cette discussion alors que je me rends à mon travail, au CICR.

Autre lieu: St Cergue, samedi soir 22 h. Du train qui doit nous ramener à Nyon sort une équipe de joyeux mômes, de 15-16ans, très joyeux en fait. A l'intérieur du train, on découvre des traces de liquide un peu partout et une forte odeur de bière, tandis que deux jeunes reviennent avec un rouleau de PQ avec lequel ils entreprennent de nettoyer les vitres et le sol. Deux minutes plus tard, apparaît la conductrice du train avec un seau et des « panosses ». «  Je pars à 22h06, dépêchez-vous ! ». Et nos jeunes ados de s'exclamer, de rigoler, de nettoyer, essorer et essuyer les traces de leur agape vespérale. La scène est marrante d'autant que les deux ados s'exécutent de bon coeur et sans agressivité. Avant de ressortir, les deux jeune nous jettent: «  Et allez boire un « kamikaze » au pub de la gare à Nyon ! ». Ce auquel ils avaient visiblement amplement goûté.

Mes pensées vont à la conductrice qui, fermement et intelligemment, a exigé que les ados nettoient leur saleté ,et qui doit en voir souvent de vertes et de pas mûres, aux jeunes, sympas, mais qui « en tenaient une sérieuse » et, évidemment et surtout, au gérant du pub de la gare qui sert de l'alcool sans trop se préoccuper de l'âge de ses clients. Le tout me donne une image ma foi assez fidèle de la fièvre du samedi soir et des ingrédients qui la préparent. Pas sure que les ados en soient les seuls responsables.

Commentaires

Merci de rapporter des exemples positifs. On en a pas si souvent l'occasion. Les faits le sont mais aussi le regard porté sur eux. L'humanisme, sans naiveté est toujours le bienvenu.

Écrit par : Rolin Wavre | 14/09/2008

Les commentaires sont fermés.