29/09/2008

"La Rue est à vous" est-elle vraiment à tous et à toutes ?

 

Chapeau aux organisateurs de cette fête conviviale aux Pâquis. Le temps aidant et grâce au grand travail des « petites mains », ce fut une réussite et comme chaque année, je me dis qu'il fait bon vivre à Genève et aux Pâquis. J'ai pu constater que les très nombreux « étrangers », frontaliers et fonctionnaires internationaux, qui ont parcouru les rues y ont goûté avec plaisir. L'atmosphère relaxe et la bonhomie des agents municipaux y ont aussi contribué. Et puis, chapeau aussi à la voirie qui a nettoyé les rues aussitôt la fête achevée...

J'ai lu avec intérêt divers échanges sur la question des stands interdits de la «  Rue est à vous ». D'après mes informations, ce ne sont pas tellement les organisateurs que les conseillers administratifs de la Ville qui en sont à l'origine. La non-politisation de la fête a été l'un des arguments avancés. Ceci m'a fait beaucoup réfléchir. Qu'est-ce qui est politique et qu'est-ce qui ne l'est pas ? A-t- on d'un côté les partis politiques coupables de tous les maux et de l'autre les citoyens et les associations qui en sont dépourvus ? La politisation de la fête est-elle due à la participation des partis ? Le cas échéant, la politisation doit-elle être bannie ? Et si l'on considérait la citoyenneté dans son acception d'origine, on pourrait même considérer les représentants des partis politiques comme des citoyens....Ou bien ? J'ironise quelque peu, mais à peine. La convivialité est le résultat de la mixité sociale et politique et de la diversité des expressions citoyennes. Cette année, « la Rue » n'a pas été aux partis politiques et c'est dommage...

 

18:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.