10/12/2008

Ce à quoi vous avez échappé...pour l'instant !

Les JO 2018 ne sont donc plus d’actualité et ceci, je le reconnais, me réjouit le cœur. D’abord parce que ces jeux plomberaient de façon durable notre économie: entre les frais d’investissement et les frais de fonctionnement ultérieurs, la facture est considérable.

Ensuite parce que  l’empreinte écologique sera elle aussi, et quelles que soient les mesures pour verdir l’opération, monstrueuse.

Enfin, parce que cette expression de populisme collectif cache de moins en moins la réalité du business qui la génère : pots- de vin, dopage et j’en passe.

Et puis, le dépôt de candidature doit être fait par une ville : en l’occurrence la Ville de Genève ne soutient pas le projet, pas plus que Swiss Olympic. Exit donc 2018 et les Genevois et la région pourront donc respirer…. pour l’instant. A lire la presse, le Conseil d’état ne serait pas opposé à une candidature pour 2022, tout comme le maire de Genève. Vous me direz que la plupart d’entre eux ne seront plus aux commandes en 2013, au moment où Swiss Olympic devra se prononcer. N’empêche : j’ai comme le sentiment que les leçons du réchauffement climatique et de la crise financière n’ont pas encore été tirées que déjà certains se préparent à privatiser les bénéfices et socialiser les pertes de l’évènement…Pas sérieux et irresponsable.

10:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1)

09/12/2008

Constituante: et c'est parti !

Après plus d’un mois de silence, je reprends mon blog. La Constituante a démarré ses travaux dès son installation du 20 novembre. Le Bureau Provisoire et la Commission du règlement se réunissent régulièrement : le premier pour mettre en place les infrastructures nécessaires et la deuxième, pour organiser le fonctionnement de l’Assemblée. Tout est à faire, et presque, à inventer. Membre du bureau, je ne peux que me réjouir de la bonne ambiance de travail qui y règne et de la disponibilité des membres à tout mettre en œuvre pour que l’Assemblée débute ses travaux sous les meilleures auspices. Les joutes oratoires, les débats et confrontations d’idées seront pour plus tard. Et personne n’en est dupe.

A très bientôt, donc.