25/01/2009

Retour d'Ethiopie(1): main basse sur les terres ?

10 ans que j’avais quitté ce pays dans lequel j’avais travaillé de 1993 à 1997. J’y ai retrouvé les enfants de rue, les femmes portant leur chargement de bois, les ânes qui courent entre les voitures et cette magnifique lumière d’hiver qui imprègne tous les éléments. La carte postale est toujours aussi parfaitement exotique et émouvante. Mais elle ne trompe pas. Certes, des routes ont été construites qui zèbrent l’agglomération d’Addis Abeba. Certes, des centres commerciaux fleurissent qui ponctuent le parcours de l’aéroport au centre ville. Mais les routes ne parviennent pas à cacher les chemins crevassés pas plus que les immeubles de luxe ne dissimulent les abris de fortune. Les coupures de courant sont fréquentes et l’eau reste un luxe en saison sèche.

 L’aventure guerrière en Erythrée et en Somalie a été très coûteuse, en vies humaines, en argent, mais aussi en « crédit politique » : bras armé des Américains dans la lutte « anti-terroriste » dans la Corne, l’Ethiopie a pris un pari dangereux. Les habitants ne sont pas dupes et décodent, avec la rigueur de l’expérience, les discours qui se veulent positifs des autorités. Autre observation, autre changement : la présence importante des Chinois : ils construisent des routes, cherchent du pétrole et on leur donne des terres. Un processus « win-win », disent nos frères anglo-saxons, où chacun y trouve son compte. Pas sûr. Car le pétrole ne parviendra jamais à remplacer le tef, « la » céréale de base pour nombre d’Ethiopiens qui considèrent avec circonspection cette forme lente de colonisation. Les investisseurs Saoudiens aussi seraient sollicités par Meles Zenawi, le premier Ministre, qui serait prêt à négocier « ses terres » avec eux. L’Ethiopie avait résisté à Mussolini et à son entreprise coloniale (1936-1941). 70 ans plus tard, saura-t-elle faire preuve d’autant de sagacité avec les états et les entreprises, avides d’approvisionnement alimentaire et d’agro-carburants, qui la courtisent ?

 

17:34 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Il y a déjà pas mal de pays qui font la cour à l'Ethiopie pour utiliser ses terres, en effet surtout pour le pétrole et le gaz je crois, mais le pays a fait preuve d'un peu plus de bon sens que d'autres cette fois, pour ne pas se faire prendre tout ce qu'ils ont, et c'est bien normal.

Écrit par : Assurance Voyage | 08/07/2013

Les commentaires sont fermés.