29/06/2009

Qui a peur de la Constituante ? Annexe

Et pour ceux que le communiqué de presse de la Constituante intéresse, suite à mon précédent billet du 28 juin…

 

Présidence

Assemblée constituante

 

 

Aux représentant-e-s des médias

Genève, le 25 juin 2009

Communiqué de presse

Le Bureau de l'Assemblée constituante est très étonné de la décision de la Commission des

Finances du Grand -Conseil genevois qui n'a pas accepté le budget élaboré par l'Assemblée

constituante pour son année 2009.

IL rappelle que ce budget avait été voté très majoritairement lors de l'Assemblée plénière du

28 mai 2009.

L'Assemblée s'est référée à la loi constitutionnelle qui l'avait instituée et qui avait été élaborée

par le Grand Conseil lui-même. Cette loi précise que les élus ont droit aux mêmes indemnités

que les députés au Grand Conseil et que ce dernier doit lui donner les moyens nécessaires à

son fonctionnement.

Le Bureau tient à préciser qu'un budget n'est pas une dépense effective et que dans un travail

comme celui de la Constituante, il est encore difficile de définir les besoins avec exactitude.

On peut penser que dans les année 2009 et 2010, les commissions thématiques et les

assemblées plénières vont se réunir fréquemment, et devoir mener un travail intense

d'élaboration de la nouvelle Constitution, de communication avec la population et d'auditions

publiques. En conséquence, il y aura lieu de prévoir un budget plus important pour ces deux

années que pour les années suivantes.

Le Bureau déplore donc la décision de la Commission des Finances qui affirme savoir mieux

que les intéressés quels sont les besoins de Constituante pour remplir sa mission. Parmi les

reproches exprimés par la Commission des Finances, curieusement, il y a par exemple celui

qui s'en prend à une coprésidence à quatre, trop coûteuse. Or, voila une décision de

l'Assemblée qui a été de nature politique et inscrite dans le règlement de la Constituante, cela

dans une volonté d'équilibre et de recherche de consensus. On ne voit pas en vertu de quoi la

Commission des Finances s'autorise à se prononcer sur ce point.

La Présidence

Jacques-Simon Eggly Marguerite Contat Hickel

Christiane Perregaux Thomas Büchi

Pour tout contact :

Jacques-Simon Eggly Marguerite Contat Hickel Thomas Büchi

079 229 56 69 079 275 04 78 079 213 54 67

28/06/2009

Qui a peur de la Constituante ?

C’est bien la question que certains sont en droit de se poser en cette fin de semaine riche en médiatisation. Pour rappel :

  • On a entendu le président de la Commission des Finances du Grand Conseil se départir de la réserve que je pensais imposée aux membres des commissions, pour confier ses humeurs à la presse et tout le bien qu’il pensait de la Constituante et de « ses extravagances » budgétaires…
  • On a vu la presse gloser sur le budget de cette Assemblée et reprendre en chœur les propos de ce même président, sans prendre la peine, pour nombre de journalistes, d’interroger les premiers concernés ou de publier le communiqué de presse de la Constituante.
  • On y a parlé « boutique » et ordinateurs, élevant le débat politique à un niveau de détails occultant toute discussion sur le fond.

 

On continue, par contre de passer sous silence les conditions surréalistes de l’installation de la Constituante, contrainte d’évoluer dans un environnement frileux,  voire sceptique. Disons-le : L’Etat, garant du processus de révision constitutionnelle et soucieux de préserver « l’indépendance de l’Assemblée » s’est abstenu d’organiser gîte et couvert convenables à un organe à la durée de vie limitée et au destin incertain. L’avenir nous dira ce que cette imprévoyance coûtera à la République. Le présent nous dit déjà le nombre d’heures que le Bureau de l’Assemblée a consacré en tâches administratives de tous ordres pour pallier cette « distance critique de l’Etat ».

 

On omet surtout de rappeler, dans ce débat sur l’adéquation des ressources financières et matérielles à la mission de la Constituante, que l’Assemblée ne peut s’écarter de la  loi constitutionnelle du 24 février 2008, élaborée par le Grand Conseil et acceptée largement par la population genevoise. Cette loi stipule précisément que l’Assemblée se constitue elle-même, dispose d’un secrétariat général, que ses membres ont droit aux mêmes indemnités que les députés du Grand Conseil et que le Grand Conseil vote annuellement les moyens nécessaires au fonctionnement de l’Assemblée…

 

Il n’y a pas lieu de revenir ici sur les choix des députés du Grand Conseil qui ont préféré, pour cette révision totale de la Constitution, la création d’une assemblée constituante de 80 élus à un mandat conféré à un groupe limité de juristes et décrété l’égalité de traitement entre députés et Constituants plutôt que l’octroi d’un crédit global permettant de financer l’ensemble du projet.

Il y a lieu par contre de s’étonner de l’attitude de ces mêmes députés, -dont les groupes sont tous représentés à la Constituante-, qui plutôt que d’œuvrer à la mission de la Constituante qu’ils ont initiée, s’évertuent à en déqualifier le travail. Mais il est vrai que la Constituante est une entité autonome, dont l’indépendance pourrait bien déplaire à certains. Après l’évaluation des tâches et des missions de l’Etat et des collectivités publiques, la Constituante devra proposer de nouvelles pistes et il n’est pas exclu que certaines institutions s’en trouveront durablement modifiées.

10/06/2009

Aux pisse-froids, claquemurés, atrabilaires, pouétous, xénophobes et autres tristes sires, les Pâquis répondent….

Vous souhaitez vous ôter la vision qui vous hante depuis samedi dernier, d’un député MCG chevauchant un tracteur et traversant avec l’escorte de 2 motards de la police le quartier des Pâquis en vouant aux gémonies « les criminels et dealers » ?

Vous souhaitez que la vie et la convivialité reprennent leurs droits et leur place à la rue de Zürich ?

Vous voulez être surpris par une rue devenue piétonne depuis aujourd’hui, le 10 juin 2009, après près de 20 ans de lutte des associations de quartiers ?

Vous vous demandez qui sont les ROMS et comment ils vivent leur exil à Genève et  ailleurs ?
Vous souhaitez, tout bêtement faire la fête, entendre de la musique de l’extraordinaire Taraf des Haïdouks, goûter à des plats exotiques et deviser sur le temps qu’il fait, le sexe de l’ange qui passe ou la résurrection des lézards verts ?

 

Venez donc à  l’Espace Solidaire Pâquis, à la rue de Zürich, vendredi 12 juin  dès 17h et samedi 13 juin dès 11h !

Les Pâquis répondent par un lieu commun (sic) et solidaire, à l’initiative de quelques habitants du quartier et de collaborateurs du Temple, qui refusent la privatisation des espaces publics et veulent reprendre la main….

le 11 juin 2009: cette note a entraîné des réactions, ce qui est apprécié. J'ai refusé par contre certains commentaires pour leur ton que je juge insultant.