06/05/2011

L’exécution de Ben Laden prémonitoire de celle de Kadhafi ?

La raison d'Etat a ses raisons que la justice ne connaît pas. Empêtré dans ses explications, le gouvernement américain reconnaît que Ben Laden n'était pas armé. Il a donc été exécuté. Pas de procès donc pas de questions et encore moins de révélations.

L'Histoire retiendra le succès de l'opération « Ben Laden: mort ou vif »  et occultera les 10 ans de traque, les violations perpétrées et les conflits déclenchés en son nom, les milliers de morts, victimes collatérales de cette chasse à l'homme. La planète de 2011 se retrouve à la fois délestée d'un criminel et déséquilibrée par ce qui a provoqué sa perte.

Pendant ce temps, la guerre internationale se poursuit en Libye. Devant l'enlisement, prévisible, de cette guerre à distance, les stratèges otanesques passent  à la vitesse supérieure, bien conscients que le succès d'une opération militaire nécessite des troupes au sol, bien entraînées et armées. Tandis que les frappes aériennes  « ciblées » se poursuivent contre Kadhafi  et ses proches, la Cour Pénale internationale lance quasi simultanément des mandats d'arrêt contre ces mêmes personnes....Difficile dans ces conditions de savoir quel objectif poursuit, si tant est qu'elle existe, la « communauté internationale ».  Entre l'impératif de justice et la raison d'Etat, il est à craindre que la seconde ne l'emporte, avec effet immédiat, félicitations d'usage et malaise amplement partagé.

Commentaires

Et voici ce qu'en dit Michael Moore :



(Article sur “Huffington Post” : http://www.huffingtonpost.com/2011/05/06/michael-moore-piers-morgan-bin-laden_n_858472.html)

Écrit par : Florian Irminger | 11/05/2011

Les commentaires sont fermés.