25/08/2012

L'égalité entre femmes et hommes renforcée dans le projet de Constitution genevoise

Les propos tenus par Mme Anne Bisang dans le Matin Dimanche du 18 août 2012 sont regrettables parce que ne reflétant pas la réalité du texte. Une lecture attentive et complète du projet de constitution genevois lui aurait révélé que l’égalité entre hommes et femmes s’en retrouve au contraire renforcée : l’égalité est désormais un droit fondamental, doté des moyens de sa mise en œuvre (respect, protection et réalisation, via notamment l’éducation aux droits fondamentaux). Innovation substantielle, l’égalité comme tout droit fondamental, sera soumise à une évaluation périodique indépendante. La promotion par l’Etat d’une représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des autorités ou encore l’obligation faite à l’Etat de prendre des mesures permettant aux élu-es de concilier vie privée, familiale et professionnelle avec leur mandat ou encore  sont autant de dispositions nouvelles qui  donnent les directions essentielles à sa concrétisation. Je regrette avec Mme Bisang que le principe de parité n’ait pas été retenu, qui aurait posé Genève dans le 21 ème siècle et lui aurait donné une impulsion déterminante. Foin de révolution, Genève a choisi la voie raisonnable d’une mue politique et sociale à la fois adaptée à son histoire et à sa démocratie et consciente de la richesse de l’altérité. C’est à cette aune qu’il faut lire la proposition genevoise, comprenant à la fois les principes d’égalité renforcée entre hommes et femmes et de non-discrimination, y compris du fait de l’orientation sexuelle. Nul doute que les Genevoises et Genevois feront preuve de la perspicacité souhaitée par Mme Bisang quand ils voteront oui au projet de constitution genevois le 14 octobre..

Voir aussi:

 

http://www.floriani.ch/?p=151.

 

Commentaires

Et bien non chère Madame,

Les genevois s'apprêtent a jeter a la poubelle votre projet, ne vous en déplaise.

On se donne rendez-vous dans 30 ans.

Sans rancune

Denis C.

Écrit par : Denis | 26/08/2012

Ce débat stérile me devient insupportable. L'égalité est un droit fondamental, homme femme, noir blanc, riche pauvre, petit grand, gros mince, tous égaux, une évidence qui ne devrait pas nécessiter une quelconque "évaluation" périodique. Mais voilà, à force d'amalgamer égalité et parité, une confusion des genres, vous desservez la cause de l'égalité.

La parité nécessite un débat tout autre car elle n'est, selon moi, pas un droit, mais le résultat d'une égalité obtenue en amont .. à méditer !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 26/08/2012

Egalité obtenue en amont et maintenue en aval... nombreux exemples à l'appui. A méditer aussi !

Écrit par : elisaa | 26/08/2012

Ce que l'état peut et doit offrir, c'est l'égalité des chances. L'égalité ne se décrète pas, c'est une illusion. Nous ne sommes pas égaux. Par contre, chacun doit avoir d'égales chances de faire valoir ses qualités propres (don, persistance, effort, ingéniosité).

La parité est une autre affaire. C'est une décision de principe de nature politique prise en amont du processus (parité des listes) ou le résultat final de l'application de l'égalité des chances.

Écrit par : citoyen lambda | 27/08/2012

Merci pour la précision et l'éclaircissement sur cette nouvelle Constituante. Comme de bien entendu, celles et ceux qui se bougent, trouvent des solutions, négocient des équilibres, se font attaquer sur deux fronts: par les utopistes qui attendent les lendemains qui chantent sans risquer une seule note et par les bulldozéristes pour qui rien ne va tout est foutu -faut surtout rien changer, ni risquer- et dont le marteau piqueur et le seul instrument qu'ils connaissent. Bravo pour cette nouvelle Constitution, pas idéale peut-être, mais harmonieuse!

Écrit par : THEVOZ | 28/08/2012

Les commentaires sont fermés.